MY DISENCHANTMENT FOR THE REPUBLIC

MY DISENCHANTMENT FOR THE REPUBLIC MY DISENCHANTMENT FOR THE REPUBLIC

Translated

  CASTELLANO

 | 

FRANÇAIS
My disenchantment for the Republic is not new, it has been around for a very long time. This personal reflection on my relationship with this Republic comes after a comment made by Houria Boultedja about love and hatred, and a conversation with a racialized friend who has gone through episodes similar to mine. If my current position is a disenchantment, it is because this story, did in fact start as a kind of love story.

As a child I was brought up in the midst of republican principles:
of human rights and civic rights, the French Revolution, of secularism as well as the great French principles:
Liberty, Equality, Fraternity.
I grew up in France in the 90s, the golden era of SOS Racism, of “Don’t touch my mate” (an anti-racism campaign at the time) from which the famous yellow hand came from, of the France “Black,White, Beur” post World-Cup 98.
I grew up in this great Republic, apparently inclusive, egalitarian and jacobinist that does not see colour, our beloved country of the Enlightenment and the great thinkers.

In France, from childhood to adulthood, everything is conditioned to make of us good believers subjugated to the Republic, so that the republican and universalist principles are our feats of arms, so that we hold the Republic in our hearts, and of course never question it. School, TV, the various and diverse institutions, policies, the people around us…
All this beautiful little world preaches sermons, with closed eyes, to our great lady :
the Republic. As a child I didn’t escape either, naturally, I too loved the “secular, universalist and republican principles”.

It is said that love is blind, isn’t it?
From my early childhood until my entry in 6th grade (it is the entry to college in France from 11years old ) I already noticed at the time strange behaviours towards me, teacher’s attitudes, certain students’ attitudes, nicknames I was given (“little monkey” among others), but I still didn’t identify the problem, I had no word, no reference to put on this situation.
So, when I started college, the first doubts about my love story for the Republic began to appear. I realized that the republican principle wasn’t as immaculate as I had been led to believe.
I slowly opened my eyes to the fact that the direct representatives of the Republic were the faculty, the teaching community and the police who didn’t treat all of its children the same way.
Violence became more frequent, from childhood into pre-adolescence. Violence is experienced almost gradually with age, violence emanating directly from the teaching community but also from the different social actors.
One of my art teachers only threw me out, when the whole class was agitated, as the months went by, I noticed that she only expelled racialized students from her class.
My first confrontation with the police, the mother of a friend who didn’t like me, solely because I wasn’t White, the mother of another friend who called me “the Nigger”, the class of ZEGPA (sections of general and vocational education adapted, called more colloquially the trash)where a large part of the pupils were racialized, as if this youth was destined to have no future, my mother forbade me to go to the ZUP( area to be urbanised by priority or social housing project), the language used by certain teachers to address non-White students.
My uncle who would toast to :
“One less for the Arabs”…
And a whole series of events came to shake my blind faith in the land of Human Rights and Enlightenment.

02_arc-de-triomphe-arch-architecture-705764
quote_down

[…]I realized that the republican principle wasn’t as immaculate as I had been led to believe.
I slowly opened my eyes to the fact that the direct representatives of the Republic were the faculty, the teaching community and the police who didn’t treat all of its children the same way […]

quote_up

I was disenchanted, my doubts increased, I had questions, lots of questions, but for the time being I didn’t have any answers. I didn’t know yet that this relationship would prove to be toxic, and that the Republic or at least the image I’d been sold of it, would deceive me, betray me.
I did not yet know that all the episodes I had experienced in college were only the beginning of a long tumble towards my current falling out of love with the French Republic.

At 14, I entered high school, when childhood is behind us, but where we are not yet adults, when we are no longer very young and cute children.
The representatives of the Republic were going to be even more threatening, aggressive and violent, much more than I could have imagined until then.
I would like to clarify here part of the story :
I grew up in what could be called a medium-sized town of 20,000 inhabitants, not a metropolis where the issues I described here are tenfold.
The school also holds fairly clear positions on the place of racialized youth within society and their prospects of the future.
A good example to take is the pre-baccalaureate orientation or selection ( the equivalent of US 10-12th grades), whether at the end of middle school or high school racialized students and/or from less-favoured areas are sorted on the shutter, they are cut off even before the end of their schooling, to be arbitrarily, in a discriminatory way towards the so-called dustbin courses.

The police…
Growing up the altercations with the police went from simple ID checks to another form of control (racial profiling)
The relationship with the police was changing into the beginning of intimidation, violence and humiliations. More Frequent racial profiling in addition to police brutality made a grand entrance into my daily life.
In adolescence racialized youngsters increasingly represent a threat for the Republic, which is the reason why the police treat them as adults from an institutionalized and racist violence point.
An important event, will come to mark the end of my high school years, the riots of 2005.
Small historic reminder :
In 2005 in Clichy-sous-Bois, Zyed Benna and Bouna Traoré (aged 15 and 17) died electrocuted, trying to escape a police control. Murders from the French police were nothing new in the country, it was a simple a recurring story. Following this tragic event suburbs in the entire French territory came into confrontation against the State, against its injustices and its institutional racism, which had already claimed numerous victims. I still remember the magnitude of the problem because there were several riots, even in my hometown and, I repeat :
I grew up in a town with an average population of 20.000.
That same year, I saw again a racialized friend who had moved for several years earlier, in a city in the suburban Paris called “ghetto”, he explained to me the constant violence intimidation he experienced, helicopters flying over the suburbs, anti-riot police armed to the teeth…
I saw before my eyes the forgotten racialized youth of France struggling before the State to seek justice and dignity. And on the other side, I observed losely the reaction of the good old “Gaulish-White, Judeo-Christian, Republicans and human-righters, who unleashed their scorn on the people from the suburbs, dismissing them as savages and misfits.
I was not one of them, I didn’t grow up in a ghetto but since I was 18, I understood their frustration, that anger that was completely justified.
I wasn’t those youngsters but their faces looked like mine, and I didn’t recognize myself at all, in the White republican discourse that kept arguing that those people were savages, because indirectly there were calling me also a savage.
School and the police were, for me, very important markers to learn about non-equality and non-fraternity, about injustice, about a fractured or inexistent secularism which served only its own objectives. A supposed “integration or assimilation” which had utterly failed, truncated, revealing racial and social discriminations.
The Republican school and its secular and egalitarian moral proved to be nothing but a farce; the police revealed itself as a menace, a repressive weapon serving the State and the defence of the Republic, under no circumstances in the service of protecting citizens or only“certain”citizens.

quote_down

I was not one of them, I didn’t grow up in a ghetto but since I was 18, I understood their frustration, that anger that was completely justified.
I wasn’t those youngsters but their faces looked like mine, and I didn’t recognize myself at all, in the White republican discourse that kept arguing that those people were savages, because indirectly there were calling me also a savage.

quote_up

The Republic had not only betrayed me on its great principles, it had also lied and kept things from me. It had lied to me about the history of France, it had lied to me about Universalism, about its values, but also to thousands of other people.
As I said before, as a child I was filled with unanswered questions, as a teenager and young adult, I began to look for answers to all these questions. I discovered a large number of hidden, concealed and unspoken truths about the Republic. The different colonial histories and the French crimes against the colonies native population. I searched or the stories and for the people to tell them to me, I looked for these stories which could not be found in French schoolbooks. I learned, for instance, about the massacre of Algerians at the hands of French police on the night of the 17th of October, 1961, executed in cold blood during a pacific demonstration. I began to understand why we were French with a big BUT hanging over our heads, like the sword of Damocles.
A little over 20 years old, I went to live in Morocco. I stayed in Casablanca a little less than a year, where I could see the legacy of the former protectorate in today’s Morocco. The French language overvalued as best over Arabic or Berber, the neighbourhoods of descendants of wealthy White settlers, the French culture and heritage taught in university to the detriment of Moroccan culture and heritage.
I heard how French civil servants treated Moroccans at the French Embassy, I saw the White Frenchmen generally believing themselves to be superior, I saw that they had their private beaches for whites where entry was forbidden to the local population.
I learned how some of my acquaintances could never come to see me in France, even for a weekend, because it was practically impossible for them to obtain a visa, while remembering the racist treatment suffered by people of Maghrebi origin in France.
Upon my return to French territory, I reached my breaking point with the Republic, a few years later, I began to understand the mechanisms of racism, the colonial and imperialist history of France, the murders, the tortures, the rapes, the crimes of the State against the various colonized and ex-colonized populations both inside and outside national territory.
The massacre of Senegalese men from Thiaroye, soldiers who fought for the liberation of France during WWII, the treatment of French overseas territories and the riots of May 1967 in Guadeloupe, the history of the Kanak people—indigenous population of New Caledonia—, the riots in the suburbs in 1979 and thereafter until today, the Algerian War and the First Indochina War and its thousands of dead, the France-Africa relationship that is contemporary to us…
As I grew older, I began to find answers and I was able to pinpoint the uneasiness I felt as a child. I finally, understood but it led me to a brutal breakup with this great love story I shared with the French Republic.
The veil was lifted at last.

But the end of this love story was not followed by some great void, on the contrary it was decidedly a rebirth.
The multiplicity of voices that have arisen and the people who have battled against the French State in recent years as well as in the past, were a revelation for me. The accessibility and visibilization of the French past history in all its complexity, as well as the anti-colonialist and anti-racist struggles, carried out by racialized people led me to believe in other principles, other models, other ideals and to have other perspectives about our past, about our present, but also about the future. Now I have the necessary tools to understand how our love story was shattered.

quote_down

We will not let anyone speak on behalf of our hopes
We are not victims, let alone damned
We will arrive from dawn in spontaneous irruption

 Gaël Faye
quote_up
06_omar-lopez-296937-unsplash

Kerry James quote:
«To all these racists with hypocritical-tolerance
Who built their nation on blood
Now set themselves up as lesson-givers
Wealth looters, African killers Colonizers, torturers of Algerians
This colonial past is yours
You are the ones who chose to bind your history to ours
Now you must assume
The smell of blood pursues you even if you wear perfume »

« These are the same hypocrites who speak to us about diversity
Who express racism under the guise of secularism
Dream of a single French, with a single identity
Persist to discriminate, the same minorities
Facing the same voters, the same fears are agitated
Communities opposed, to hide precariousness
Don’t be surprised if tomorrow it ends up blowing up
How to love a country, which refuses to respect us »

Your racialized children have their eyes wide open and they won’t be walked over, we know the history, we know the past struggles, now we are experts on our lives and masters of our histories, we are done with paternalism and over with.
But apparently, this great love story does not end with me or the others, since your Gallic descendants, your great principles, your great Republican and secular values, consider me today a traitor to France, an enemy of the nation for my anti-racist, anti-colonialist and anti-imperialist positions, and because I break a golden rule:
I criticize France, I criticize the Republic and its great values. The descendants of Enlightenment, Universalists and Jacobinists decided to attack the political anti-racist and decolonial racialized activists, to try to censor them in public and academic spaces as they are thought to be a great danger for the nation.
Once again, the republican and secular machine goes into motion and tries to discredit us, to silence us, and to criminalise us.
Would the decolonial movements pose a threat to Humanism?
We would be a menace to the nation and the Republic?
Once again you are lowering your children to the status of enemies?
But, Madame Republic, this proves only one thing :
you are afraid, Madame Republic, you are terrified of the fact that your racialized children are organizing themselves without you. You tremble, for the way of thinking with which you have built this society, no longer supports itself. Your system is cracked on all sides, this unjust system, no longer stands, by its foundations based on the raciality of this society, Madame Republic..

Hypocrite you are, hypocrite you’ll remain, but count on it, Madame Republic, because yet again there’s a whole army of racialized people that will be ready to rise against you.

Gaël Faye quote
« We will not let anyone speak on behalf of our hopes
We are not victims, let alone damned
We will arrive from dawn in spontaneous irruption »

SHARE

Play Video

Mi desamor por la República Mi desamor por la República

Mi desamor por la República no viene de ayer. Esta reflexión personal sobre mi relación con esta República se produjo después de un comentario de Houria Boultedja sobre el amor y el odio y una conversación con un amigo racializado que ha vivido episodios similares a los míos.
Si mi posición actual es de desamor por la República es porque esta historia obviamente empezó con una especie de historia de amor.
Fui una niña educada en los principios republicanos:
los derechos humanos y del ciudadano, la Revolución Francesa, la laicidad y los grandes principios franceses de libertad, igualdad y fraternidad.
Crecí en los años 90 en Francia, la gran época de SOS Racismo, “no toques a mi colega” (campaña antirracista de la época) de la cual salió la famosa mano amarilla, la Francia “Black, Blanc, Beur” post Mundial de Fútbol ‘98.
Crecí en esta gran República jacobinista, aparentemente inclusiva, igualitaria, que no ve los colores, nuestro querido país de la Ilustración y los grandes pensadores.

En Francia, desde nuestra infancia hasta la edad adulta, todo está condicionado para que seamos buenos creyentes de la República, que los principios republicanos y universalistas sean nuestros valores, para que llevemos la República en nuestro corazón. Y por supuesto que nunca la cuestionemos. La escuela, la televisión, las diversas instituciones, los políticos, las personas que nos rodean… todo este pequeño mundo predica sermones con los ojos cerrados, a nuestra gran dama que es la República. De niña no escapé a esto, naturalmente también amaba : “el principio laico, universalista y republicano”.

Se dice que el amor es ciego ¿no?.
Desde la infancia hasta mi entrada en el colegio (la entrada al colegio en Francia se hace los 11 años) ya notaba comportamientos extraños hacia mí, actitudes de los maestros, actitudes de algunos alumnos, apodos que me impusieron (entre otros “pequeñito mono”) pero aún no identificaba el problema, no tenía ninguna palabra para referirme a esta situación.
Así que a mi entrada al colegio, comenzaron a aparecer las primeras dudas sobre mi amor por la República. Me dí cuenta de que el principio republicano no era tan liso como habían tratado de hacerme creer. Abrí suavemente los ojos ante el hecho de que la República y sus representantes directos, que eran la escuela y la policía, no trataban a todos sus hijos de la misma manera.
La violencia se hizo más frecuente debido al paso desde la infancia a la pre-adolescencia, la violencia se experimenta casi gradualmente con la edad, la violencia emana directamente de la escuela pero también de los diferentes actores sociales.
Una de mis profesoras de plástica me expulsaba sólo a mí cuando toda la clase estaba agitada, con el paso de los meses me dí cuenta de que sólo expulsaba a los racializados de su clase.
Mis primeras confrontaciones con la policía, la madre de un amigo a quien no le gustaba sólo porque no era blanca, la madre de otro amigo que me llamaba “la negrata”, la clase de ZEGPA (secciones de educación general y profesional adaptadas o más familiarmente llamadas : las clases basura) donde una gran parte de los alumnos eran racializados, como si esta juventud estuviera destinada a no tener futuro, mi madre que me prohibía ir al ZUP (área para urbanizar por prioridad o vivienda social), el lenguaje de algunos maestros al hablar con personas no Blancas.
Mi tío que al brindar decía :
“uno menos para los Árabes”
Y toda una serie de eventos sacudió mi fe ciega en el país de la Ilustración y los derechos humanos.

Estaba desengañada, mis dudas aumentaban, tenía preguntas, muchas preguntas, pero por el momento no tenía respuesta. Todavía no sabía que esta relación iba a ser tóxica y que la República o, al menos, la imagen que me habían vendido de ella, me iba a engañar, a traicionar.
Todavía no sabía que todos los episodios que había experimentado en el colegio eran sólo el comienzo de una larga caída hacia mi actual desamor con la República Francesa.

Cuando tenía 14 años, entré en el instituto, una época en la que la infancia queda atrás, pero en la que aún no somos adultos. No era consciente de que, por nuestra proximidad a la edad adulta (ya no somos niños pequeños adorables).
Los representantes de la República iban a ser aún más amenazantes, agresivos y violentos, mucho más de lo que podría haber imaginado hasta entonces.
Me gustaría recentrar aquí parte de la historia:
crecí en lo que podría llamarse una ciudad de tamaño medio, de 20.000 habitantes, no en una metrópolis donde los problemas que describo aquí se multiplican por mil.
La escuela en sí también tiene posiciones claras sobre el lugar que deben ocupar los jóvenes racializados en la sociedad y sus perspectivas de futuro. Un buen ejemplo a tomar es la orientación escolar pre-bachillerato (hay otras orientaciones discriminatorias como la del final del colegio). Sea al final del colegio o del instituto, los alumnos racializados y/o de barrios desfavorecidos son seleccionados, les cortan las alas incluso antes de terminar su educación y son orientados hacia carreras basura.

La policía…
Al crecer los altercados con la policía pasaron de ser unos simples controles de identidad (que ya eran por perfiles étnicos) a otra forma de control. La relación con la policía se fue transformando, fue el inicio de las intimidaciones, las violencias y las humillaciones. Los controles por perfiles étnicos más frecuentes y la violencia policial hicieron su gran entrada en mi vida cotidiana. Cuando los jóvenes racializados se convierten en adolescentes representan, cada vez más, una amenaza para la República, de ahí que la policía los trate como adultos desde una violencia institucionalizada y racista.

Un evento importante que marcó el final de mi instituto fueron los disturbios de 2005.
Pequeño recordatorio histórico :
En 2005 en Clichy-sous-Bois, Zyed Benna y Bouna Traore (15 y 17 años) mueren electrocutados mientras intentan escapar a un control policial.
Los asesinatos por parte de la policía francesa no eran en absoluto algo nuevo en Francia, tan sólo una historia que se repetía. Tras este trágico evento, los suburbios de todo el territorio francés entraron en revuelta contra el Estado, sus injusticias y su racismo institucional que ya contaba numerosas víctimas. Todavía recuerdo el alcance del problema, ya que hubo varios disturbios en mi ciudad, y repito que crecí en una ciudad de 20.000 habitantes.
Ese mismo año, vi a un amigo racializado que se había mudado desde hacía tiempo a un suburbio de París, me contó la violencia y la intimidación constante que experimentaba, los helicópteros que pasaban sobre los suburbios, el CRS (los antidisturbios) armados hasta los dientes…
Vi ante mis ojos a los jóvenes racializados olvidados de Francia que luchaban ante el Estado francés para exigir justicia y dignidad. Y, por otro lado, observé la reacción de los buenos Blancos galos judeo-cristianos republicanos y defensores de los derechos humanos, que despreciaban a la gente de los suburbios, que los trataban de salvajes e inadaptados.
Yo no formaba parte de esa juventud. No crecí en los suburbios, pero desde los 18 años comprendí su frustración, esa ira que estaba totalmente justificada, no formaba parte de esa juventud, pero sus caras se parecía a la mía y no me reconocía en nada en los discursos republicanos blancos que seguían afirmando que estas personas eran salvajes, porque de manera indirecta también a mí me llamaban salvaje.
La escuela y la policía fueron para mí marcadores muy importantes de aprendizaje de no-igualdad y no-fraternidad, de injusticias, de un laicismo fracturado o inexistente que servía sólo a sus propios objetivos. Una supuesta “integración y asimilación” completamente fracasadas, truncadas, que revelaban sus discriminaciones raciales y sociales. La escuela republicana y su moral laica e igualitaria resultaron ser una farsa. La policía resultó ser una amenaza, un arma represiva al servicio del Estado y la defensa de la República y en ningún caso al servicio de la protección de los ciudadanos, o tan sólo de “ciertos” ciudadanos.

La República no sólo me había traicionada con estos grandes principios, sino que también me había mentido y ocultado cosas. Me había mentido sobre la historia de Francia, me había mentido sobre el universalismo, me había mentido acerca de sus valores, me había mentido a mí, pero también a miles de otras personas.
Como dije antes, cuando era niña estaba llena de preguntas sin respuesta, cuando era adolescente y joven adulta empecé a buscar respuestas a todas estas preguntas. Y descubrí muchas verdades ocultas y calladas sobre la República. Las diferentes historias coloniales y los crímenes franceses contra los indígenas de las colonias.
Busqué historias y personas para contármelas, busqué esas historias que no estaban en los libros escolares franceses. Por ejemplo, me enteré de la masacre de los argelinos por parte de la policía francesa la noche del 17 de octubre de 1961, cuando durante una manifestación pacifista fueron ejecutados a sangre fría. Empecé así a entender por qué éramos franceses con un gran PERO que amenazaba sobre nuestras cabezas como una espada de Damocles.

Con poco más de 20 años me fui a vivir a Marruecos. Viví poco menos de un año en Casablanca. Pude observar la herencia del ex-protectorado en el Marruecos actual, cómo la lengua francesa se valora como mejor frente al árabe o bereber, los barrios de descendientes de colonialistas Blancos y ricos, la cultura y el patrimonio franceses enseñados en las universidades en detrimento de la cultura y el patrimonio marroquíes.
Escuché historias de cómo los funcionarios Franceses Blancos trataban a los Marroquíes en el consulado francés, vi cómo los Blancos Franceses en general se creían superiores a los Marroquíes, vi las playas privadas para los blancos donde los marroquíes no podían entrar, me di cuenta de que parte de mis conocidos nunca podrían venir a verme a Francia, ni siquiera por un fin de semana, porque les era prácticamente imposible obtener una visado… mientras recordaba el trato racista que vivían las personas de origen Magrebí en Francia.
Regresé a Francia y llegué a mi ruptura definitiva con la República. Los años posteriores empecé a entender las mecánicas del racismo, la historia colonial e imperialista francesa, los asesinatos, las torturas, las violaciones, los crímenes del Estado francés contra las diferentes poblaciones colonizadas y ex-colonizadas dentro y fuera del territorio.
La masacre de los Thiaroye Senegaleses (soldados que lucharon por la liberación de Francia durante la Segunda Guerra Mundial), el trato a los territorios de ultramar y los disturbios de mayo de 1967 en Guadalupe, la historia de los Kanaks, los disturbios de los suburbios de 1979 hasta los de hoy en día, la guerra de Argelia y la de Indochina y sus miles de muertos, la relación Francia-África…
Al crecer, empecé a encontrar las respuestas y pude situar ese malestar que sentía siendo niña. Finalmente lo entendí, pero me llevaría a una ruptura brutal con esta gran historia de amor que mantuve con la República Francesa. El velo había caído, al fin.

Pero al final de esta historia de amor no le siguió un gran vacío en mi vida, sino todo lo contrario, claramente fue un renacimiento.
La multiplicidad de voces y personas que lucharon enfrentándose en el Estado francés en los últimos años, pero también en el pasado, ha sido una revelación para mí.
La accesibilidad y la visibilidad a la historia francesa pasada en toda su complejidad, así como estas luchas anticolonialistas y antirracistas llevadas a cabo por racializados me llevaron a creer en otros principios, otros modelos, otros ideales y a tener otras perspectivas sobre el pasado, el presente y el futuro. Ahora tengo las herramientas para entender cómo se jodió nuestra historia de amor.

Cita de Kerry James:

« A todos estos racistas con tolerancia hipócrita
Que construyeron su nación sobre la sangre
Ahora se erigen como aleccionadores
Saqueadores de riquezas, asesinos de Africanos
Colonizadores, torturadores de Argelinos
Este pasado colonial es el vuestro
Vosotros habéis elegido vincular vuestra historia a la nuestra
Ahora debéis aceptar
El olor a sangre os persigue aunque os perfuméis »

 

« Son los mismos hipócritas que nos hablan de diversidad
Que expresan el racismo bajo el disfraz del laicismo
Sueñan con un Francés único, con una única identidad
Se empeñan en discriminar, las mismas minorías
Ante los mismos electores, se agitan los mismos temores
Se enfrentan las comunidades, para ocultar la precariedad
Que nadie se sorprenda si mañana acaba petando
Cómo amar a un país, que se niega a respetarnos »

Vuestros hijos racializados tienen los ojos abiertos y ya no están dispuestos a dejarse pisar, conocemos la historia, conocemos las luchas pasadas, ahora somos los expertos de nuestras vidas y los maestros de nuestras historias, el paternalismo ya se acabó.
Pero, al parecer, esta gran historia de amor no termina conmigo, ni con los demás, ya que vuestros galos descendientes de la Ilustración, sus grandes principios, sus grandes valores republicanos y laicos me consideran como una amenaza para Francia, un enemigo de la nación por mis posiciones antirracistas, anticoloniales, anti imperialistas. Porque he roto una regla de oro:
critico Francia, critico la República y sus grandes valores. Los descendientes de la Ilustración, universalistas y jacobinistas, han decidido atacar a los antirracistas y decoloniales, para intentar censurarlos en espacios públicos y universitarios, ya que representan un gran peligro para la nación. Una vez más, la maquinaria laica y republicana se pone en marcha para intentar desacreditarnos, silenciarnos y criminalizarnos. ¿Son los movimientos decoloniales una amenaza para el Humanismo?
¿Somos una amenaza para la nación y la República? Una vez más,
¿Ponéis a vuestros hijos en la posición de enemigo?
Pero, madame la Repúbica, esto demuestra sólo una cosa: tiene usted miedo, madame la República, está usted aterrorizada porque sus hijos racializados se están organizando sin usted. Está usted temblando, su forma de pensar y la forma en que ha construido esta sociedad ya no se sostiene por sí misma. Su sistema está resquebrajado por todos lados, este sistema injusto y basado en la racialización de la sociedad que usted fundó, ya no se sostiene, madame la República.
Hipócrita es, hipócrita seguirá, pero no se preocupe, madame la República, porque una vez más, todo un ejército de racializadxs estará listo para alzarse ante usted.

 

Cita Gaël Faye

« No dejaremos que nadie hable en nombre de nuestras esperanzas
No somos víctimas, menos aún condenados.
Llegaremos desde el alba en irrupción espontánea »

Solidarité avant tout Solidarité avant tout

Pour édifier sur le concept de solidarité, nous devons d’abord obtenir une meilleure vision des problèmes qui sont au cœur de nos communautés.

Dans un premier temps, nous devrions revenir sur notre passé et notre histoire.
C’est bien de là que notre traumatisme historique a été créé à partir de l’époque coloniale, quand nous étions des biens meubles, des êtres serviles.

C’est à ce moment que l’imposition de notre condition d’opprimés, s’est emparée de notre destin pour devenir notre existence.
Le modèle de conduite nécessaire à notre survie s’est constitué de génération en génération pour devenir partie intégrante de notre subconscient collectif.
Le traumatisme est à l’ origine d’une mutation évolutive forcée, d’autant plus inconsciente.
Cette blessure psychologique s’est gravée dans nos os, a réécrit nos gènes dans une tentative d’adaptation émotionnelle et physique.

De nos jours, plus personne ne questionne la manière dont nous avons survécu ou notre origine.
La majorité a oublié ou a envie d’oublier ce que nous avons laissé derrière nous. On veut éviter à tout prix les interrogations faisant référence au traumatisme transgénérationnel ou à notre héritage épigénétique.
Aujourd’hui, nous nous pensons maîtres d’une vérité absolue.

Pour construire depuis la solidarité dans le contexte Afro-Caribéen, nous devrions commencer par un préambule. Il nous faut comprendre pourquoi nous pensons de la sorte, les bases et les raisons qui sont à l’origine de nos modèles de comportements.

Afin de garantir notre survie nous avons dû nous sectionner de nos émotions, du bouleversement qui était notre destin, de qui nous étions avant l’apparition de la cruauté. Le seul moyen pour rester en vie était d’acquérir une résistance ou force exceptionnelle, d’évoluer pour devenir en quelque sorte surhumains, un phénomène qui à son tour est devenu l’essence même de notre résilience.

« Résistance silencieuse »

Ces mesures extraordinaires ont changé qui nous étions et nous continuons à nous comporter de manière similaire comme si le stimuli de la plantation était encore réel aujourd’hui.
Ces mesures sont encore présentes dans notre esprit, dans l’image de soi que nous avons construite de nous-mêmes. Elles sont encore présentes dans la nature de nos relations interpersonnelles, dans la composition de nos sociétés. Dans notre adaptation face à l’adversité, ne nous permettant aucune faiblesse, n’ayant aucune pitié pour nos vulnérabilités qui sont le reflet de notre humanité. Finalement de l’extraordinaire elles sont devenues tradition. Avec le temps la perpétuation collective est devenue la norme, la mentalité; pour devenir un trait socioculturel.

« Au début, nous n’étions que des êtres humains, il ne s’agissait que de vivre notre existence…
Puis nous avons cessé d’être Africains.
Et la Blanchitude nous a totalement submergés.
Blanchis pour exister. »

Nous avons cédé sous la pression de la violence que la plantation a semée en nous. Reproduisant entre nous, les mêmes jeux de rôle auxquels nous avions été soumis par notre environnement immédiat; oubliant complètement nos racines africaines, nos organisations sociales et valeurs familiales. Dans une tentative plus qu’humaine, d’interpréter ou d’imiter le modèle de monde qui nous entourait. Un monde où notre humanité ne pouvait assumer son destin de victime, d’opprimé ou de vaincu.
Nous avons intériorisé ce que nous avions souffert, en créant un nouvel ordre social, reproduisant la domination dans nos relations de pouvoir, adoptant la naturalisation de la violence symbolique comme si elle nous appartenait.

La violence construite socialement détermine également les limites dans lesquelles, il est possible de percevoir et de raisonner tout en conservant des schémas de pensées, attitudes et comportements construits sur la haine raciale et de cast ; sur l’absence d’une identité ethnique claire. Des comportements fondés sur la loi du plus fort par tous les moyens possibles si nécessaire . La concurrence et trahison sans fin, le paradigme vertical qui dicte l’agressivité constante, d’être l’éternel attaquant pour ne jamais être vaincu; et surtout ne rien attendre de mieux de nos semblables.
Cette violence symbolique est aussi érigée sur une opposition hostile entre hommes et femmes, structurée sur le ressentiment et l’abandon, le manque d’affection et de soutien; la crainte et la méfiance ainsi que sur la violence domestique, la domination et manipulation sexuelles.
Les murs qui existent entre nous ont été constitués autrefois, nous avons entretenu leur pertinence, leur existence jusque de nos jours.

La plupart des personnalités qui nous symbolisent sont des stéréotypes qui ont été créés artificiellement pour ensuite devenir nos stigmates contemporains.
Nous avons décidé de les incarner et d’y croire comme s’ils existaient uniquement dans notre nature profonde en plus de spécifiques à nos communautés.
Comme si nous étions prédéterminés à l’acceptation de la condition d’altérité.

«Il est impossible de parler de l’histoire unique sans parler de pouvoir. Le pouvoir est la capacité non seulement de raconter l’histoire d’une autre personne, mais aussi d’en faire l’histoire définitive de cette personne.
L’histoire unique créée des stéréotypes, et le problème avec les stéréotypes n’est pas qu’ils sont faux, mais qu’ils sont incomplets. Ils font que cette histoire devient la seule histoire possible.
La conséquence de l’histoire unique est la suivante: elle prive les gens de leur dignité, elle rend difficile la reconnaissance de notre humanité égalitaire. C’est mettre l’accent sur notre différence plutôt que sur notre ressemblance. »

-Chimamanda Ngozi Adichie-

L’émergence de la complexité de la psyché de la Femme Noire est une conséquence adaptative pour surmonter sa condition de racisée, pour assumer les difficultés de son existence et de son oppression caractéristique.
Dès la petite enfance, on exerce une réappropriation du modèle historique. Le seul chemin à suivre pour avancer vers la maturité est de devenir en quelque sorte indestructible, pour pouvoir survivre à l’insupportable; à la vulnérabilité que confère la douleur ou la détresse psychologique.Ces signes de faiblesses ne sont pas facilement tolérés ou exprimés.
En tant que femmes, nous sommes prises au piège entre ce qui est devenu une conviction féroce dans nos familles et communautés et ce que le monde voit et imagine encore de la représentation de notre corps, à savoir un sous-produit humain ayant une valeur commerciale à exploiter…

Les différents syndromes de la Femme Noire en colère, l’indestructible mère Noire et la Jezebel, sont des archétypes devenus torture et agonie pour les femmes Noires de tous bords. Aucune place n’est faite pour l’existence d’autres représentations, pour explorer plus en profondeur l’essence de leur féminité …
Dans l’ensemble des Diasporas mondiales la résilience de la Femme Noire est un inévitable syndrome universel, c’est une réalité occulte que personne ne veut reconnaître pour elle ou l’ensemble de la communauté.
En tant que femmes, nous sommes l’épine dorsale de la famille, nous sommes notre passé, notre présent et notre avenir à travers les vies que nous avons portées corps et âme. Par nos comportements nous façonnons la communauté. Nous portons la plus lourde charge et pour faire face à notre réalité surréaliste par son intensité et son traumatisme, la conversation doit être abordée.
Cela doit être une priorité, car les plaies ouvertes ne disparaissent pas avec le temps, elles renaissent et se retrouvent dans nos enfants, altèrent notre santé et deviennent symptomatiques de notre communauté, la perception d’une réalité unique pour tous …

En tant que groupes minoritaires ou considérés en marge, on nous inculque que le mutisme est d’or, qu’il ne faut pas faire de spectacle public de nos problèmes qui ne feraient que distraire la majorité oppressive, pour éviter d’autant plus toute humiliation inutile, car cela serait perçu comme une victimisation. En ajoutant à cela que nous perdrions le respect de nos aînés, qui eux ont résisté en silence tout en gardant la tête haute.

Nous ne serons pas prêts à nous émanciper de notre passé pour accéder au privilège du libre arbitre et décider dans quelle direction nous diriger tant que nous ne prendrons pas conscience du fait que nous réagissons encore aujourd’hui pré-déterminés par une situation forcée et imposée…

«Si on enseignait à toutes les filles»

Une voie à suivre serait de développer la notion de sororité depuis l’enfance. Qu’elle devienne partie intégrante de notre éducation, de notre langage émotionnel et de notre identité.
Il nous faut comprendre et analyser nos structures familiales, redéfinir la relation avec nos mères et mettre fin au cycle de l’aliénation intergénérationnelle.
Les mères qui sont notre première figure affective et référence pour déterminer une définition des relations entre femmes; de plus elles font également office de dictionnaire émotionnel, premier manuel à déchiffrer, à émuler.

«Nous devons étudier la façon être tendres les unes envers les autres jusqu’à ce que cela devienne une habitude.
Parce que ce qui était inné nous a été volé: l’amour des femmes noires les unes pour les autres. »

-Audre Lorde-

La sororité signifie confiance, reconnaissance et soutien, la création d’un havre de paix qui n’existerait que pour nous. Se traiter mutuellement avec empathie et bienveillance dans des circonstances défavorables lorsque la famille, les hommes et la société ne nous enseignent pas l’acceptation de soi ou l’amour.
C’est un acte politique de résistance, de se recentrer sur l’essentiel avant de se confronter au monde. C’est en apprendre davantage sur notre nature incroyable, notre âme et notre beauté intérieure, ne plus se battre pour se conformer aux normes établies ou contenter tous les autres.

«Je fais partie d’un plus grand ensemble.
Entre histoires de vies et destins communs.»

Nos histoires individuelles doivent être partagées pour que nous puissions nous connaître et nous apprécier, notre nature émotionnelle doit définir et être au centre de nos relations entre femmes.
Il s’agit d’établir l’intimité, d’instaurer une certaine familiarité grâce à nos expériences similaires du monde. Se donner la main en quête d’un soutien moral, de réconfort afin d’échapper au fardeau et à l’isolement de notre existence Noire.
En unissant nos réalités individuelles, nous pouvons cartographier avec précision nos défis communs, les étudier, concevoir des stratégies et trouver la force nécessaire pour les surmonter.
C’est incroyablement transformateur de s’apercevoir dans le reflet des autres, de s’exprimer et d’entendre parler de notre expérience collective, d’acquérir une compréhension commune de notre existence de femme racisée.
Une nouvelle compréhension ou conscience, essentielle à notre évolution, à notre guérison psychologique et émotionnelle ainsi qu’à notre bien-être physique.
Un désir collectif d’émancipation, c’est aussi une quête individuelle en devenir, pour se libérer de sa condition oppressive.

«J’appartiens à un phénotype et à une culture déterminée.
Mais je ne suis pas tous les Noirs ou toutes personnes racisées.
L’individualité de mon âme composée de mélanine est unique…
Même si je porte en moi mes ancêtres, ma communauté et mon histoire familiale.»

Sensibiliser sur ces questions devrait être pour nous, femmes d’ascendance Africaine, aussi essentiel que l’air que nous respirons.
La sororité est un point incontournable, un élément constitutif pour atteindre les pleins pouvoirs de notre autonomie et de notre féminité.

«C’est à nous de nous lancer des défis et de nous affirmer.»

Il s’agit de libérer nos âmes et nos destinées de nos comportements aliénés, en revenant au commencement, en faisant la paix avec nous-mêmes.
Il nous faut de nouveau reprendre confiance et nous fier de nous-mêmes, de ce que nous étions et ce que nous pourrions devenir.
Il s’agit de décoloniser notre guérison, d’une reconstruction personnelle.
D’un self-care communautaire intégral ou holistique, devenir autonome dans notre prise en charge physique et émotionnelle.
Il s’agit d’une nouvelle destination sur la voie de la résilience.

Aucun être humain, comme créature sociale et culturelle, ne peut survivre ou lutter seul, étant membre d’un groupe sans coexister ou collaborer.

Soyons les voix de celles qui étaient notre passé, celles qui sont notre présent et qui restent enfermées dans le mutisme. Soyons la réponse, la solution pour nos mères et nos grands-mères, nos soeurs, nos filles et nos voisines. Soyons le confort et la sécurité que confèrent les tribus matriarcales en essence, l’image nécessaire dans le miroir pour se reconnaître et se retrouver dans le reflet des nôtres.

«Pour nous élever, nous devons trouver notre union comme un seul peuple.»

Ubuntu

«L’humanité se trouve à travers l’interdépendance, dans l’engagement collectif et dans le service aux autres»


Cet article a été traduit de l’Anglais, écrit depuis une perspective Afro-Caribéenne, avec une vision Afropéenne et des influences et représentations culturelles Africaines et Afro-Américaines.

Lectures complémentaires et références

Post Traumatic Slave Syndrome. 2005
Dr Joy DeGruy.

Peau Noire, Masques Blancs.1952
Frantz Fanon.

Soucouyant. 2007
David Chariandy.

https://www.ted.com/

Pluie et vent sur Télumée Miracle.1972
Simone Scharwz-Bart.

Blues et le Féminisme Noir.1998
Angela Davis.

Référence en Anglais

The Future of Healing: Shifting From Trauma Informed Care to Healing Centered Engagement.
Shawn Ginwright Ph.D.

https://medium.com/@ginwright

Mon désamour pour la République Mon désamour pour la République

Mon désamour pour la République ne date pas d’hier.
Cette réflexion personnelle sur ma relation avec cette République, vient suite à un commentaire d’Houria Boultedja, sur l’amour et la haine et d’une conversation avec un ami racisé ayant vécu des épisodes similaires aux miens.
Si ma position actuelle est un désamour, c’est que cette histoire, a donc bien évidemment, commencé avec une sorte d’histoire d’amour.
J’ai été une enfant élevée au grain des principes républicains :
Des droits de l’homme et du citoyen, de la Révolution Française, de la laïcité ainsi que des grands principes français qui sont :
liberté, égalité, fraternité.
J’ai grandi dans les années 90 en France, la grande époque de SOS Racisme, du « Touche pas à mon pote » (campagne anti-raciste de l’époque) d’où est sorti la fameuse main jaune, de « la France black, blanc, beur » post Coupe du Monde 98.
J’ai grandi dans cette grande République, apparemment inclusive, égalitaire, jacobiniste, qui ne voit pas les couleurs, notre cher pays des lumières et des grands penseurs.

En France, depuis notre chère enfance jusqu’à l’âge adulte, tout est conditionné pour que nous soyons de bons croyants, asservis à la République, que les principes républicains et universalistes, soient nos fait d’armes, pour que nous tenions la République dans notre cœur, et bien sûr ne jamais la questionner. L’école, la télévision, les institutions diverses et variées, les politiques, les gens de notre entourage…
Tout ce joli petit monde, prête serment, les yeux fermés, à notre grande dame qui est la République.
Étant enfant je n’ai donc pas échappé à cela, moi aussi tout naturellement, j’ai aimé :
« Le principe laïque, universaliste et républicain ».

On dit bien que l’amour rend aveugle non ?
Dès la petite enfance, jusqu’à mon entrée en 6ème, (c’est l’entrée au collège en France à partir de 11 ans) je notais déjà des comportements étranges à mon égard, des attitudes de professeurs, des attitudes de certains élèves, les surnoms qu’on me donnait (en autre “petit singe”) mais je n’identifiais pas encore le problème, je n’avais aucun mot, aucune référence à mettre sur cette situation.
Donc, à mon entrée au collège, mes premiers doutes face à mon histoire d’amour pour la République commencèrent à apparaître. Je me rendais compte que le principe républicain, n’était pas aussi immaculé, que ce qu’on avait voulu essayer de me faire croire.
J’ouvrais doucement les yeux sur le fait que les représentants directs de la République étaient le corps professoral et policier qui ne traitaient pas de la même façon tous ses enfants.
La violence devenait plus fréquente, au passage de l’enfance à la préadolescence. La violence se vit presque graduellement avec l’âge, violences émises directement, depuis le corps enseignant, mais aussi depuis les différents acteurs sociaux.
Une de mes professeurs d’art plastique n’expulsait que moi, quand toute la classe était agitée, au fur et à mesure des mois, je me rendais compte, qu’elle n’expulsait que les racisés de sa classe.
Mes premières confrontations avec la police, la mère d’un ami qui ne m’aimait pas, juste parce que je n’étais pas Blanche, la mère d’une autre amie qui m’appelait “la noiraude”. La classe de ZEGPA (sections d’enseignement général et professionnel adapté ou plus familièrement les filières poubelles) où une grande partie des élèves étaient racisés, comme si cette jeunesse était destinée à ne pas avoir d’avenir, ma mère qui m’interdisait d’aller à la ZUP (zone à urbaniser par priorité ou logements sociaux), le langage qu’utilisaient certains professeurs pour parler aux élèves non Blancs.
Mon oncle qui en trinquant disait :
« Un de moins pour les Arabes »…
Et toute une série d’évènements venaient ébranler ma confiance aveugle dans le pays des droits de l’homme et des lumières.

Je déchantais, mes doutes augmentaient, j’avais des questions, beaucoup de questions, mais à ce moment la, je n’avais encore aucune réponse. Je ne savais pas encore que cette relation allait s’avérer toxique et que la République ou du moins l’image que l’on m’avait vendu d’elle, allait me tromper, me trahir.
Je ne savais pas encore que tous les épisodes que j’avais vécus au collège, n’étaient que le commencement d’une longue dégringolade vers mon désamour actuel pour la République française.

À 14 ans je rentrais donc au lycée, période où l’enfance est déjà derrière nous, mais où nous ne sommes pas encore adultes, période ou nous ne sommes plus de beaux-enfants en bas âge.
Les représentants de la République allaient se révéler encore plus menaçants, agressifs et violents, bien plus que ce que j’avais pu imaginer jusqu’à présent.
Je voudrais restituer ici une partie de l’histoire :
j’ai grandi dans ce qu’on pourrait appeler une ville de taille moyenne de 20.000 habitants, ce n’était pas une métropole où les problèmes que je décris ici sont décuplés.
L’école, quant à elle, tient aussi des positions assez claires sur la place des jeunes racisés dans la société et leurs perspectives d’avenir.
Un bon exemple à prendre est l’orientation scolaire avant le bac, que ce soit à la fin du collège ou du lycée, les élèves racisés et/ou des quartiers les moins favorisés sont triés sur le volet, on leur coupe les ailes avant même la fin de leur scolarité pour être orientés arbitrairement, de manière discriminatoire vers des filières dites poubelles.

La police…
En grandissant les altercations avec la police passaient d’être de simples contrôles d’identité à une autre forme de contrôle (contrôle au faciès). La relation avec la police se transformait, c’était le début des intimidations, des violences et des humiliations.
Les contrôles au faciès plus fréquents en plus des violences policières faisaient leur grande entrée dans ma quotidienneté. À l’adolescence les jeunes racisés représentent de plus en plus une sorte de menace pour la République, la police les traite comme des adultes depuis une violence institutionnalisée et raciste.

Un évènement important, viendra marquer la fin de mes années de lycée, les émeutes de 2005.
Petit rappel historique :
En 2005 à Clichy-sous-Bois, Zyed Benna et Bouna Traoré (15 et 17 ans) meurent électrocutés en voulant échapper à un contrôle de police.
Les assassinats de la police française n’avaient absolument rien de nouveau dans le pays, seulement une histoire qui se répétait. Suite à cet évènement tragique, les banlieues de l’ensemble du territoire français entraient en affrontement contre l’État, contre ses injustices et son racisme institutionnel, qui avaient déjà fait de nombreuses victimes. Je me souviens encore de l’ampleur du problème, puisqu’il a eu plusieurs émeutes jusque dans ma ville, et je répète :
j’ai grandi dans une ville moyenne de 20 000 habitants.
Cette même année, je revoyais un ami racisé qui avait déménagé déjà depuis plusieurs années dans une ville dans la banlieue parisienne, il m’expliquait la violence et l’intimidation permanentes qu’il vivait, les hélicoptères qui passaient au-dessus des banlieues, les CRS armés jusqu’aux dents…
Je voyais sous mes yeux la jeunesse racisée, oubliée de la France se débattre devant l’État pour demander justice et dignité. Et de l’autre côté, j’observais la réaction des bons vieux “Blancs Gaulois”, judéo-chrétiens, républicains et droit-de-l’hommistes, qui déversaient leur mépris sur les personnes de banlieues, qu’ils traitaient de sauvages et d’inadaptés.
Je n’étais pas l’un d’eux, car je n’ai pas grandi en banlieue, mais je comprenais depuis ma majorité leur frustration, cette colère qui était totalement justifiée.
Je n’étais pas l’un d’eux, mais leurs visages ressemblaient au mien et je ne me reconnaissais en rien dans les discours blancs républicains qui soutenaient que ces personnes étaient des sauvages, parce qu’indirectement, c’était moi aussi qu’on traitait de sauvage.
L’école et la police ont été pour moi des marqueurs d’apprentissage très importants, de non-égalité et de non-fraternité, d’injustices, d’une laïcité fracturée ou inexistante qui servait juste ses propres objectifs. Une supposée « intégration ou assimilation » complètement ratée, tronquée, révélatrice des discriminations raciales et sociales.
L’école républicaine et sa moral laïque et égalitaire se sont révélées, n’être qu’une farce et la police s’est révélée être une menace, une arme répressive au service de l’État et de la défense de la République, en aucun cas au service de la protection des citoyens ou alors seulement de « certains » citoyens.

La République ne m’avait pas seulement trahi sur ses grands principes, elle m’avait aussi menti et caché des choses. Elle m’avait menti sur l’histoire de France, elle m’avait menti sur l’Universalisme, elle m’avait menti sur ses valeurs et elle m’avait menti à moi, mais aussi à des milliers d’autres personnes.
Je disais auparavant, qu’enfant, j’étais remplie de questions sans réponses, à l’adolescence et jeune adulte, je commençais à chercher les réponses à toute ces questions. Et je découvrais un grand nombre de vérités cachées, occultées et de non-dites de la République. Les différentes histoires coloniales et les crimes français face aux indigènes des colonies.
J’ai cherché les histoires et les personnes pour me les raconter, j’ai cherché ces histoires qui n’étaient pas dans les manuels français. J’apprenais par exemple le massacre des Algériens par la police, la nuit du 17 octobre 1961, qui lors d’une manifestation pacifiste furent exécutés froidement. Je commençais donc à comprendre pourquoi, nous étions des Français avec un grand MAIS menaçant au-dessus de nos têtes, comme une épée de Damoclès.

À un peu plus de 20 ans, je partais vivre au Maroc, j’ai vécu un peu moins d’un an à Casablanca, où j’ai pu voir l’héritage de l’ex-protectorat dans le Maroc actuel. La langue française survalorisée face à l’arabe ou au Berbère, les quartiers de descendants de colons blancs riches, la culture et le patrimoine français enseignés dans les universités à la défaveur de la culture et du patrimoine marocain.
J’entendais comment les fonctionnaires français traitaient les Marocains à l’ambassade de France, je voyais les français Blancs de manière générale se croire supérieurs, je voyais qu’ils avaient leurs plages privées où la population locale ne pouvait entrer.
J’apprenais que certaines de mes connaissances ne pourraient jamais venir me voir en France, même pour un week-end, du fait qu’il leur était pratiquement impossible d’obtenir un visa, tout en me remémorant les traitements racistes que vivaient les personnes d’origine maghrébine en France.
À mon retour sur le territoire français, j’en arrivais à ma rupture définitive avec la République, quelques années plus tard, je commençais à comprendre les mécanismes du racisme, l’histoire coloniale et impérialiste française, les meurtres, les tortures, les viols, les crimes de l’État contre les différentes populations colonisées et ex-colonisées à l’intérieur et hors du territoire national.
Le massacre des Sénégalais de Thiaroye (soldats qui s’étaient battus pour la libération de la France), le traitement des ultra-marins et les émeutes de mai 1967 en Guadeloupe, l’histoire des Kanaks, les émeutes dans les banlieues de 1979, jusqu’à la guerre d’Algérie et d’Indochine et ses milliers de morts, la relation France-Afrique qui nous est contemporaine…
En grandissant, j’ai commencé à trouver les réponses et j’ai pu situer ce mal-être que je ressentais étant enfant, j’ai enfin pu comprendre, amenée à une rupture brutale avec cette grande histoire d’amour que j’entretenais avec la République française.
Le voile s’était levé, enfin.

Mais cette fin d’histoire d’amour ne s’est pas suivi d’un grand vide existentiel, bien au contraire cela a clairement été une renaissance.
La multiplicité des voix qui se sont élevées et les personnes qui se sont battues face à l’État français ces dernières années, mais aussi dans le passé ont été révélatrices pour moi. L’accessibilité et la visibilisation de l’histoire passée française dans toute sa complexité, ainsi que ces luttes anti-colonialistes et anti-racistes menées par des personnes racisées, m’ont amenées à croire en d’autres principes, d’autres modèles, d’autres idéaux et avoir d’autres perspectives de notre passé, de notre présent, mais aussi sur l’avenir.
J’ai maintenant les outils nécessaires pour comprendre comment notre histoire d’amour s’est brisée.

Citation Kerry James :

« À tous ces racistes à la tolérance hypocrite
Qui ont bâti leur nation sur le sang
Maintenant s’érigent en donneurs de leçons
Pilleurs de richesses, tueurs d’Africains
Colonisateurs, tortionnaires d’Algériens
Ce passé colonial, c’est le vôtre
C’est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la nôtre
Maintenant vous devez assumer
L’odeur du sang vous poursuit même si vous vous parfumez »

« Ce sont les mêmes hypocrites qui nous parlent de diversité
Qui expriment le racisme sous couvert de laïcité
Rêvent d’un français unique, avec une seule identité
S’acharnent à discriminer, les mêmes minorités
Face aux mêmes électeurs, les mêmes peurs sont agitées
On oppose les communautés, pour cacher la précarité
Que personne ne s’étonne si demain ça finit par péter
Comment aimer un pays, qui refuse de nous respecter »

Vos enfants racisés ont les yeux grands ouverts et ne sont plus prêts à se laisser marcher dessus, nous connaissons l’histoire, nous connaissons les luttes passés, nous sommes maintenant les experts de nos vies et les maîtres de nos histoires, le paternalisme n’ a pu lieu d’être.
Mais apparemment, cette grande histoire d’amour ne finit avec moi ni avec les autres d’ailleurs, puisque vos descendants gaulois, vos grands principes, vos grandes valeurs républicaines et laïques me considèrent aujourd’hui comme une traite de la France, une ennemie de la nation, pour mes positions antiracistes, anticolonialistes, antiimpérialistes et parce que j’enfreins une règle d’or :
je critique la France, je critique la République et ses grandes valeurs. Les descendants des lumières, universalistes et jacobinistes ont décidé d’attaquer les antiracistes politiques et les décoloniaux racisés, d’essayer de les censurer dans les espaces publiques et universitaires puisqu’ils représenteraient un grand danger pour la nation. Encore, une fois la machine laïque et républicaine se met en route et essaye de nous discréditer, de nous faire taire et de nous criminaliser.
Les mouvements décoloniaux seraient une menace pour l’Humanisme ? Nous serions une menace pour la nation et la République ?
Encore, une fois vous rabaissez vos enfants au statut d’ennemis ?
Mais Madame la République, cela ne démontre qu’une seule chose : vous avez peur, Madame la République, vous êtes terrorisée du fait que vos enfants racisés s’organisent sans vous. Vous tremblez, car la façon de penser avec laquelle vous avez construit cette société ne se soutient d’elle-même. Votre système est fissuré de toute part, ce système injuste, ne se tiens absolument plus, par ses fondations basées sur la racialité de cette société, Madame la République.
Hypocrite vous êtes, hypocrite vous resterez, mais comptez sur nous, Madame la République, puisque encore une fois, c’est toute une armée de personnes racisées qui sera prête à se lever devant vous.

Citation Gaël Faye

« On ne laissera personne parler au nom de nos espoirs
On n’est pas des victimes, encore moins des condamnés
On arrivera de l’aube en irruption spontanée »