Interview
Nathalie Olax
Interview
Nathalie Olax

Original text | français

Which planet are you from ?

I do not know if I can define a single planet? Because throughout my life, I went through several stages, then I perceived myself in different ways.
If we talk about civil identity, gender identity as a woman, ethnic identity as a non-White person. Today as a Spanish resident, I am a lot more aware of my nationality and especially of my condition as a Black woman. It is not something or a problem that obsesses me 24 hours a day, because I shift between different worlds and I manage to adapt myself, somehow.
Being an expatriate here, I do not have that much of a choice to meet or surround myself with my peers. It is a little complicated here, because I am obliged to redefine my planet and sometimes make concessions while preserving my identity.

 

 

Who is Nathalie ?

Nathalie is a 45 year-old woman who has not found her refuge yet. She lives in Barcelona and it feels good, but at the same time she believes, she would be okay anywhere in the world. Because Nathalie is always on her quest for happiness and well-being.
My definition of a refuge is a place where I feel good, where I seek to find a certain emotional stability and from where I would no longer have the desire to move. Some people give me the impression that they have already found their refuge, and they do not have this need to go elsewhere systematically, and they feel good enough with themselves, to be themselves, to blossom with what they have.
Nathalie is someone who works, who has never encountered any problems in this area of her life, and she enjoys a good progression in her field.
She is a social creature with a lot of friends and takes part in various activities, she travels quite a lot, always in this quest to see what is happening elsewhere.
In summary, Nathalie is an Antillean who comes from a Caribbean family, from Martinique and Guadeloupe. She has stayed in touch with her parents and her sister, and keeps very much alive her important ties with the Caribbean.

What would be the main reason for your presence among us ?
Or said in a different manner.
What is the intention, the purpose of your personal journey among us ?

My answer is going to be very down-to-earth, I’m in Spain and it was not a particular choice, my company sent me here. Initially, I looked at this destination with rolling eyes wondering what I was going to do there because I did not see any future perspective. After all, I had always wanted to have an experience abroad, so I thought, why not. After 8 years, we can no longer say that it’s for the job, it’s also the easy way for me: I have a job, the weather is nice and I built a little world around me.Today I am here and tomorrow I do not know.

 

 

What do you do for a living ?

Plain simple, I live leave it at that…
I meet people, I like going to the cinema, travelling, exchanging, but I also like to be with myself, to be alone sometimes. Over the years, I learned to appreciate and adopt this loneliness, and I manage to balance out now when it is imposed and when it is not. When chosen, the solitude is bliss, sometimes I want to be alone now even if I’m surrounded by people.
I work in the field of human resources by choice, so I’m lucky. Coming to Barcelona was part of my personal journey so the job was incidental, nice too because it allowed me to arrive comfortably. The counterpart was to thrive and find moments of happiness on a daily basis.

 

 

What was your experience as an Afro-European or Afro-Caribbean ?
How did you live your integration ?

It’s a journey that starts from childhood, I believe that very early on, we are already aware. You will identify and recognize your difference for the first time in an incident, it is rarely in a positive or enjoyable context. In early childhood, at least in my days, being black was the problem.
I recognize myself and identify as Afro-Caribbean and French personally.
As an Antillean, I went through several stages. During the first phase while I was in the French system, my mentality revolved around the nationality and nothing else. During my teenage years going through the usual bad patch, I defined myself as a Caribbean to realize later, It was not all of me, to finally go back and forth to the initial French identity.
When I started to travel, I had to defend my French identity status constantly because host countries such as Venezuela, Sri Lanka or Turkey, questioned the legitimacy of my identity, systematically. I had to prove who I was with the support of my ID, in any conversation with random people.
The idea that there is a real problem has begun to sprout in my mind, a problem in relation to the fact that people can not identify me as French while I define myself as such.
It was when I started to open my eyes to understand that France exports and promotes the idea of a monochrome country and population, 20 years ago, it was a phenomenon more than blatant. But despite everything, my beliefs about my identity were not shaken while I was acknowledging at the same time, my adoration for the Caribbean culture and the contribution of Africanity to our various cultures.

I must have lived racism consciously and unconsciously. At the same time I did not want it to be an obstacle and be reduced by it, so I chose not to read or theorise on the non-verbal language, I do not feel worse because of it. I remember experiencing two or three mild encounters where they made me understand that they did not want me, and they did not like me because of my skin colour.
At that time, I felt good because I was always surrounded by my community this is the reason why I recognized myself as part of my Afro-Caribbean culture more than the Afropean one.
On the other hand, I am from a generation where all the distinctive marks or pride about Black culture were hidden and silenced. Even in my personal tastes, I was not honest or open. I remember being with White acquaintances whom I shared musical tastes with, and I was not honest enough to say :
I like Hip Hop, R’n’B…
Because I knew what was going to follow behind. Having to hear about ghetto music and scum, etc … I could not admit or speak aloud about a number of things including the type of specific education instilled by my family, because I had assimilated all the stereotypes about Black people.
As I got older, arriving in Spain, a country with no connection with the French-speaking Antilles, I started to free myself from all this weight.
The interesting thing is, here I am a French citizen on paper, so I did not have any question mark which came behind:
“But from where exactly are you from ?”
In France the question was systematic even before they tried to know you and to situate you as an individual.
I have the impression in any case that the White Gaze here is totally different because the so-called French Antilles are not Spanish colonies. Which led me to believe, there is none of the connections to stereotypes and stigmas which commonly exist here with the various Hispanic communities.

At the same time, I started to become interested in social media which made my emancipation as an Afro-Caribbean a little easier. Because finding my community here was very difficult and it is a considerably painful loss even today.
Being able to identify with others and talk about one’s problems is paramount. The people around me, a White majority cannot project themselves or understand the specificity of my Black womanhood, or the issues I have to face because of discrimination and racism. I tried to exchange several times until I said enough, it’s useless. Fortunately, I often go to France to recharge my batteries with friendships of a lifetime. But here, in comparison, it is a deprivation, an absence painfully felt. Social media helped me a lot by watching videos, reading articles and blogs about these topics and especially with emotions I could not explain or verbalise. When I could see women and men talking about the same issues, they intellectualized or conceptualized, I felt understood.
I learned a lot of words, expressions, about racism, about our feelings, this process had a huge impact, a positive one on my general well-being, it helped me to become even stronger to face delicate situations. It also allowed me to distance myself and observe the people who perpetuate these patterns and behaviours in everyday life.
Although I do not think I have suffered any brutal or direct discrimination, I did have one or two frontal altercations here and there, I had to call the police.

There is one permanent situation which is unbearable to me here, it is the association of my Black woman’s body with prostitution on a regular basis, I will even say this is a weekly cycle.
The difference with the French territory is for me more than flagrant. I had never been associated with prostitution or confused for a housekeeper at my workplace before, because it seems that socially, I can only evolve between these two clichés in Barcelona, very international and cosmopolitan, indeed.
On the other hand in my home country, if one moves away from large cities, my racialized body will immediately be the face of delinquency.
The glass ceiling still exists in France, but despite everything, we have come a long way in order for me to reach my current position. Our parents had to fight it first, we were being put through a dry run, also.

I guess this is the paradox, I’m living. Because on one hand when you arrive here, you are reminded of the objectification of the Black body, precariousness and social prejudice, going backward by 30 years.
However, I can not say that I have experienced abusive or racist acts.
In my workplace, my presence holding a position of responsibility for the collective subconscious is difficult to admit and some anecdotes have supported my sensation.
I was able to realize that here the Black woman is completely invisible. Considered as an object. Nobody expects her reaction or emotion.

How did you find the atmosphere ?

I feel good, even though I have ups and downs, maybe it’s age-related, but I feel better than 20 years ago. I’m not saying that everything is rosy, there are still things to resolve, maybe it’s because I finally get to know myself today. It’s a kind of self-analysis, as if I had the ability to get out of my body envelope and be both the subject and the specialist. To decipher my emotions, applying external guards as well as internal rules for protection.

 

 

What is Love for you ?

Above all, it is self-love, this kind of love develops since childhood, it is complementary to self-esteem.
It all depends on how the family passed it on or if it transmitted at all.
There are many forms of love that allow you to build yourself and move forward in life.

 

 

Do you have family or a close network of friends, here ?

I have friends here, my network of close friends is in France. My family, clearly is between France, Martinique and Guadeloupe and England with my sister.

 

 

Your definition of spirituality ?

I do not have a proper or personal definition of spirituality. I have always hated everything since my childhood that is related to religion, because of this obsession around the Catholic church. Mentally, I always associated spirituality with religion, which gave me hives.
Very early on, I defined myself as unbeliever. One thing is certain, if we are to talk about spirituality, it is within each one of us. After a while, past the stage of family and community conditioning, one makes his own personal definition.
Whether you like it or not, the problem is not what people think or if they agree with your personal beliefs, people must in any case accept the fact that it is a personal choice.
I have always tended to reject this term and in fact with reading, analysing different scholar or intellectual points of view, I have come to the conclusion that this is not synonymous with religion alone.
It is a search in itself, it is the search for oneself, it is also as I said before to exit from one’s body, to have on one hand the spiritual and on the other the body, so you can analyse everything.

 

 

What makes you laugh uncontrollably?

So, I have a laughter that is very marked a good big fat Caribbean laughter.
I admit that I have never tries to hide it and I like the idea that we stop thinking when we laugh.
We are putting yet again the accent on the all Afro-Caribbean atmosphere that I’m missing. I do not know if there is some characteristic we have in common, coming from Africa or the Caribbean, but there is this little je ne sais quoi, that makes the difference and that we find among ourselves.
We excel in self-derision despite a heavy historical past behind us. In our ways of storytelling with a very metaphorical eloquence, very pictorial, when we recognize each other in our anecdotes and stories.
Our various Diasporas have a common point, a point of union in humour.

SHARE

Play Video

Interview
Nathalie Olax
Interview
Nathalie Olax

nathalie olax

De quelle planète viens-tu ?

Je ne sais pas, si je peux définir une seule planète parce que tout au long de ma vie, je suis passé par plusieurs étapes, puis je me suis perçu de différentes manières.
Si on parle d’identité civique, d’identité de genre en tant que femme, d’identité ethnique en tant que personne non Blanche. Aujourd’hui je peux dire qu’en vivant en Espagne, j’ai d’autant plus conscience de ma nationalité dans un premier, temps mais surtout de ma condition de femme Noire. Ce n’est pas quelque chose ou une problématique qui m’obsède 24h sur 24, car j’évolue dans plusieurs mondes et j’arrive à m’adapter tant bien que mal.
Étant expatriée ici, je n’ai pas trop le choix pour pouvoir rencontrer ou m’entourer de mes semblables, c’est un peu compliqué, car je suis obligé de redéfinir ma fameuse planète et de faire parfois des concessions tout en préservant mon identité.

Qui es Nathalie ?

Nathalie est une femme de 45 ans qui je pense n’a pas encore trouvé son refuge. Elle réside à Barcelone et s’y sent bien, mais en même temps pense qu’elle serait bien n’importe ou dans le monde. Parce que Nathalie est toujours dans sa quête du bonheur, du bien-être.
Ma définition d’un refuge, c’est un endroit où je me sens bien ou je pense trouver une certaine stabilité émotionnelle et ne plus avoir toujours cette envie de bouger. La perception que j’ai de certaines personnes, c’est qu’elles ont déjà trouvé ce refuge, elles n’ont pas notamment cette nécessité d’aller voir ailleurs systématiquement et elles se sentent suffisamment bien avec elles-mêmes pour se suffire à elles-mêmes pour s’épanouir avec ce qu’elles ont.
Nathalie est quelqu’un qui travaille, qui n’a jamais rencontré de problème à ce niveau la avec une bonne évolution dans son secteur d’ activité.
C’est quelqu’un de très sociable avec pas mal d’amis qui fait de nombreuses d’activités, qui voyage beaucoup, toujours dans cette quête de voir ailleurs ce qui se passe.
En résumé, Nathalie est une Antillaise qui est issue d’une famille Caribéenne, de la Martinique et de la Guadeloupe. Qui reste en contact avec ses parents, sa soeur et qui entretient et maintient des liens très importants à ses yeux avec la Caraïbe.

Quelle serait la raison principale de ta présence parmi nous ?
Ou dit d’une autre manière qu’elle serait l’intention, le but de ton chemin personnel parmi nous ?

Ma réponse va être très terre-à-terre, je suis en Espagne. Ce n’était pas un choix particulier, c’est par le biais de mon entreprise qui m’a envoyé ici. Au départ, j’ai regardé cette destination avec de gros yeux en me demandant ce que j’allais faire là-bas parce que je n’y voyais pas du tout d’avenir. Après tout, comme j’avais toujours eu envie d’avoir une expérience à l’étranger, je me suis dit, tiens pourquoi pas. Après 8 ans, on ne peut plus dire que c’est le travail, c’est aussi la facilité, j’ai du boulot, il fait beau. J’ai construit un petit monde autour de moi et voilà aujourd’hui je suis là et demain je ne sais pas.

Que fais-tu dans la vie ?

Je vis tout simplement…
Je rencontre des gens, j’aime aller au cinéma, voyager, échanger, mais j’aime aussi me retrouver avec moi-même donc être seule par moment. J’ai réussi au fil des années à adopter cette solitude que j’apprécie, et j’arrive à faire la part des choses apour déterminer quand elle est imposée ou subie ou quand ce n’est pas le cas. Lorsqu’elle est choisie, c’est juste merveilleux, j’ai par moments également envie d’être seule même si je suis entourée de gens.

Je travaille dans le domaine des ressources humaines par choix donc j’ai de la chance. Venir à Barcelone faisait partie de mon cheminement personnel donc le boulot était accessoire, agréable aussi parce que cela m’a permis d’arriver de manière confortable. La contrepartie était de s’épanouir et de trouver des moments de bonheur au quotidien.

Quelle a été ton expérience en tant qu’Afro-Européenne ou Afro-Caribéenne ?
Comment as-tu vécu ton intégration ?

C’est un parcours qui débute depuis l’enfance, je pense que très tôt, on est déjà conscient.Tu vas identifier et reconnaître ta différence pour la première fois lors d’un incident, finalement, c’est rarement dans un contexte positif ou agréable. Dans la petite enfance en tout cas à mon époque, cela se résumait au fait d’être Noire.

Je me reconnais et m’identifie en tant qu’Afro-Caribéenne et Française personnellement. En tant qu’ Antillaise, je suis passé par plusieurs étapes. La première ou j’étais bien dans le système français, ma mentalité tournait autour de la nationalité et rien d’autre avec un petit passage à vide pendant l’adolescence, ou je me cherchais un peu et je me définissais en tant que Caribéenne pour ensuite m’apercevoir que je n’étais pas seulement cela, passant du coq à l’âne pour un retour vers une identité Française.
Quand j’ai commencé à voyager, j’ai dû défendre à plusieurs reprises mon identité Française parce que systématiquement, les pays d’accueil tels que le Venezuela, le Sri Lanka, la Turquie, remettaient en question la légitimité de mon identité, il me fallait prouver qui j’étais avec carte d’identité à l’appui dans n’importe quelle conversation avec les gens.
L’idée qu’il existe un problème réel a commencé à germer dans mon esprit, un problème par rapport au fait que les gens ne peuvent m’identifier comme Française alors que je me définis en tant que tel.
C’est lorsque j’ai commencé à ouvrir les yeux et j’ai compris que la France exporte et promeut l’idée d’un pays et d’une population monochrome et à cette époque, il y a déjà 20 ans en arrière, c’était un phénomène plus que flagrant. Mais malgré tout, mes convictions sur mon identité n’étaient pas pour autant ébranlées tout en reconnaissant au même moment mon adoration pour la culture caribéenne et l’apport de l’africanité dans nos cultures.

J’ai dû certainement vivre du racisme de manière consciente et inconsciente.
En même temps je n’avais pas l’envie de m’arrêter là-dessus et j’ai choisi de ne pas lire ou m’étendre sur le langage non-verbal, je ne m’en porte pas plus mal. Je me souviens avoir vécu deux ou trois événements sans gravité ou vraiment, on te fait comprendre qu’on ne veut pas de toi et qu’on ne t’aime pas à cause de ta couleur de peau.
À cette époque, je me sentais bien parce que j’ai toujours évolué avec ma communauté et c’est ici que je me reconnaissais dans une partie de ma culture Afro-caribéenne plus qu’ Afropéenne.
Par contre vis-à-vis des personnes Blanches, je fais partie d’une génération où on taisait tout ce côté très marqué de l’Afro-descendance. Même dans mes goûts personnels, je n’étais pas franche ou ouverte. Il est vrai que je me souviens d’avoir été avec des connaissances Blanches avec qui je partageais des goûts musicaux et je n’avais pas du tout cette honnêteté de dire:
“moi, j’aime le hip hop, le r’n’b parce que je savais ce qui allait suivre derrière. Comme quoi c’est de la musique de banlieue, de racaille, etc…Je ne pouvais avouer à voix haute tout un certain nombre de choses notamment le type d’éducation spécifique inculquée par ma famille, car j’avais assimilé tous les stéréotypes sur les Noirs en général.

En prenant de l’âge en arrivant en Espagne, pays qui n’a pas de lien avec les Antilles francophones, j’ai commencé à me libérer de tout cela.
La chose intéressante, c’est qu’ici, je suis une Française de façade ou de papier donc je n’ai pas eu de problème avec la question qui venait derrière:
“mais d’où exactement ?”
En France la question était systématique avant même qu’on essaye de te connaître et de te situer en tant qu’individu.
J’ai l’impression en tout cas que le regard ici est totalement différent parce que les Antilles dites Françaises ne sont pas des colonies espagnoles.
J’imagine donc, qu’il n’y a pas tout ce rattachement des stéréotypes et stigmas qu’il peut y avoir ici avec les communautés hispaniques.

À la même période, j’ai commencé à m’intéresser aux réseaux sociaux ce qui m’a facilité un peu plus ma libération en tant qu’Afro-Caribéenne.
Car ici retrouver ma communauté m’a été très difficile et c’est un manque considérable et douloureux encore aujourd’hui.
Pouvoir s’identifier et parler de ses problèmes est primordiale, car les gens qui m’entourent de majorité Blanche ne peuvent se projeter ou comprendre la spécificité de ma condition de femme Noire, ou des problèmes que je rencontre face à la discrimination ou le racisme qui touche ma communauté. J’ai tenté l’expérience de l’échange à plusieurs reprises jusqu’à me dire, c’est bon, j’arrête, c’est inutile. Heureusement que je vais souvent en France pour me ressourcer avec mes amitiés Afros de longue date. Mais ici, en comparaison, c’est une carence, une absence plus que ressentie. Les réseaux sociaux m’ont beaucoup aidés en regardant des vidéos, en lisant des articles et des blogs sur ses questions et surtout des émotions sur lesquelles je n’arrivais pas à mettre des mots. Quand je voyais des femmes et des hommes parler des mêmes situations qui intellectualisaient ou conceptualisaient, je me sentais comprise. J’ai appris énormément de mots, d’expressions, sur le racisme, sur nos ressentis cela m’a fait un bien énorme et cela m’a servi pour devenir d’autant plus forte pour affronter des situations délicates. Cela m’a aussi permis de prendre de la distance et d’observer les personnes qui perpétuent ces schémas et comportements dans le quotidien.
Même si je ne pense pas avoir souffert de discrimination brutale ou directe, j’ai effectivement eu une ou 2 altercations frontales ici ou là, il a fallu appeler la police.

Il y a une chose permanente qui m’est insupportable ici, c’est l’association de mon corps de femme Noire à la prostitution de manière régulière, j’irai même jusqu’à dire hebdomadaire.
La différence avec le territoire français est pour moi plus que flagrante.
On ne m’avait jamais associé à la prostitution ou confondu pour une femme de ménage sur mon lieu de travail auparavant, car il semblerait que socialement, je ne peux évoluer qu’entre ces deux clichés, ici
Par contre en France, si on s’éloigne des grandes agglomérations ou grandes villes, je serais tout de suite le visage de la délinquance.
Le plafond de verre existe encore en France, mais malgré tout, il y a eu un long chemin parcouru pour que je puisse arriver à mon poste actuel.
Nos parents sont passés par là, il nous a fallu aussi essuyer les plâtres.

J’imagine qu’il s’agit de mon paradoxe. Car d’un côté en arrivant ici, on te rappelle l’objectivation du corps Noir, une précarité et un préjudice social en définitive un retour de 30 ans en arrière.
Pourtant, je ne peux pas dire que j’ai ressenti des actes injurieux ou racistes.
Sur mon lieu de travail je sens bien que dans l’inconscient collectif ou l’imaginaire du personnel, il est difficile d’admettre que j’occupe un poste à responsabilité et quelques anecdotes me l’ont démontré.
J’ai pu me rendre compte qu’ici la Femme Noire est complètement invisibilisée.
Considérée comme un objet. Personne n’attend d’elle réaction ou émotion.

Comment as-tu trouvé l’atmosphère ?

Je me sens bien, même si j’ai des hauts et des bas, c’est peut-être lié à l’âge, mais je me sens mieux qu’il y a 20 ans. Je ne dis pas que tout est rose, il y a encore des choses à régler, c’est peut-être parce que j’arrive à accepter de me connaître aujourd’hui. C’est une espèce d’auto-analyse, comme si j’avais la capacité de sortir de mon enveloppe corporelle et d’être à la fois le sujet et le spécialiste. Pour déchiffrer mes émotions et m’appliquer des gardes fous extérieurs ainsi que des règles internes de protection.

Qu’est-ce que l’Amour pour toi ?

Avant tout, c’est l’amour de soi, cet amour là se développe depuis l’enfance, il est complémentaire de l’estime de soi.
Tout dépend de la manière dont la famille l’a transmis ou si elle l’a transmis.
Il y a plusieurs formes d’amours qui te permettent de te construire et d’avancer dans la vie.

As-tu de la famille ou un réseau d’amis proche, où tu résides actuellement ?

J’ai des amis ici, mon réseau d’amis proches est en France. Ma famille, clairement est entre la France hexagonale, la Martinique et la Guadeloupe et en Angleterre avec ma soeur.

Ta définition de la spiritualité ?

Je n’ai pas de définition propre ou personnelle de la spiritualité. J’ai toujours détesté depuis ma tendre enfance tout ce qui est lié à la religion, à cause de cette obsession autour de la religion catholique. Mentalement, j’ai toujours associé la spiritualité avec religion, ce qui me donnait de l’urticaire.
Très tôt, je me suis défini comme non-croyante. Une chose est sûre, si on doit parler de spiritualité, c’est à l’intérieur de chacun d’entre nous. Après au bout d’un moment, passé le stade des conditionnements familiaux, communautaires, on se fait sa propre définition personnelle.
Que cela plaise ou non à certains, le problème n’est pas ce qu’ils pensent ou si ils sont d’accord avec tes convictions personnelles, ils doivent dans tous les cas accepter le fait que c’est un choix personnel.
J’ai toujours eu tendance à rejeter ce terme et en fait avec la lecture, l’analyse de différents points de vues savants ou intellectuelles, j’en suis arrivé à la conclusion que ce n’est pas synonyme de religion uniquement.
C’est une recherche en soi, c’est la recherche de soi, c’est aussi comme je disais auparavant s’extraire deux minutes de ce corps, de mettre d’un côté le spirituel et le corps de l’autre et d’analyser le tout.

Qu’est-ce qui te faire rire aux éclats ?

Alors, j’ai un rire qui est très marqué un bon gros rire gras caribéen, de Noire.
J’avoue que je ne l’ai jamais caché et j’aime l’idée qu’on arrête de penser lorsqu’on rit.
On remet le doigt sur toute cette ambiance Afro-Caribéenne qui me manque. Je ne sais pas, si il y a quelque chose entre nous que tu viennes d’Afrique ou de la Caraïbe, mais il existe ce petit je ne sais quoi, qui fait la différence et que l’on se retrouve entre nous.
On excelle dans l’auto-dérision malgré un lourd passé historique derrière nous.
Dans nos manières de raconter avec une éloquence très métaphorique, très imagée, quand on se reconnaît entre Noirs dans nos anecdotes, nos histoires.
Nos diverses Diasporas en mon sens on un point commun, un point d’union dans l’humour.